août 19, 2017

Maman versus Papa - Round 1


(Billet sponsorisé par Mauvaise foi magazine)

Salut à toi cher confrère enfulte !

Aujourd'hui je vais t'expliquer, dans ton intérêt, pourquoi en cas de problème, où en cas de pas de problème, tu dois t'adresser à la personne de ton foyer nommée "Maman".
Un petit exercice simple pour commencer, essaye de crier "Mamaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan!", c'est bon tu le tiens? Ok, maintenant que tu maîtrises les bases, c'est parti...

Scénario n°1 : C'est la nuit, tu n'as que quelques mois, tu dors, puis tout à coup...tu ne dors plus, tu as...mal aux dents/le nez qui coule/perdu ta sucette/entendu une mouche voler/envie de faire chier le monde. Alors : tu pleures.

- C'est le tour de garde de Maman :
Dès les premiers petits sons qui émanent de ta bouche, Maman est déjà là, près de toi, elle a descendu les escaliers en flottant, ouvert la porte tout doucement et la voilà.
Elle sait presque tout de suite ce qui ne va pas, elle te passe du baume sur les gencives, te débouche le nez (tu détestes ça mais ça va quand même beaucoup mieux après), te remets la sucette ou te fais une tendre caresse sur la tête, puis s'éclipse, comme elle est arrivée, telle une douce brise...

- C'est le tour de garde de Papa :
Ça fait déjà 1 minute 30 que tu t'égosille et tu te demandes ce qu'il fout.
Il t'a bien entendu c'est sûr, mais en premier lieu, il analyse la situation, il fait un peu semblant de dormir (au début) et jauge le degré d'endormissement de Maman, au cas où elle aurait oublié que c'était pas son tour.
Mais Maman n'oublie jamais que ce n'est pas son tour, et d'ailleurs elle fait également très bien semblant de dormir.
Papa se résout donc à se lever, non sans lâcher un "Pfff putain" au cas où Maman serait vraiment en train de dormir, comme ça elle ne dormirait plus, Papa est partageur de bons moments.
Mais attends, il n'est toujours pas sorti de la chambre, il doit d'abord enfiler ses pantoufles, détail Ô combien important, tu le constateras par la suite. Il doit aussi mettre sa petite laine au cas où il choperait une pneumonie pendant le trajet.
Il descend les escaliers comme un bourrin, aidé de ses pantoufles qui font clac-clac, et s'écrase lourdement sur chacune des marches, qui grincent tellement qu'on pourrait penser que l'ouragan Katrina fait son come-back juste là, dans ta maison.
Il entre dans ta chambre *cli-clang* lance un "Pfff", trébuche sur un véhicule de la Pat'Patrouille *Ploc* "Raaaah!", te remets la sucette et se dirige vers la sortie. Mais toi, un peu insatisfait (et surtout bien réveillé maintenant que ça fait 4 minutes 52 que tu pleures ta race), tu décides de couiner encore un petit coup.
Papa : "Pfff pu-tain!"
Toi : "Ouaaaaaaaah!" (ben oui, tu sais pas parler mais tu sais gueuler toi aussi)
Sucette, Papa s'en va, remonte les escaliers en trucidant chaque marche et se recouche.
Parfois tu te rebelle encore un coup (ou plus), d'autres fois tu te rendors, c'est bien, il faut maintenir la pression sur les vieux. Pleurera...pleurera pas ? Hé hé ils sont bons pour tourner et retourner dans leur plumard en frétillant du palpitant au moindre coup de vent dans les volets. Bien ouèj !

Conclusion : Papa n'aime pas être réveillé à 3h du mat' tu le sauras. Maman non plus en fait, mais elle ne le montre (presque) pas, et parfois elle te donne même une mystérieuse substance sucrée au bon goût de fraise, et c'est donc indiscutablement vers elle que tu dois te tourner.




Scénario n°2 : Tu es à table, dans ton assiette il y a des trucs verts, des trucs rouges, des trucs de forme étrange, bref tout ce qui ne ressemble ni à des pâtes, ni a des frites, donc forcément un truc immonde... De plus tes parents ont les yeux qui brillent d'impatience de te voir goûter à ce merveilleux plat qu'ils ont passé toute la matinée/après-midi à préparer. Je te le dis mon pote, c'est louche.

Nope


- C'est Maman qui a préparé le plat :
Tu goûtes en grimaçant.
Ah non mais c'est bon en fait, miom slurp cronch.
C'est tout.

- C'est Papa qui a préparé le plat :
Tu goûtes en grimaçant.
Après un haut-le-cœur, tu lances un délicat "Eurk c'est pas bon!"
Papa te dit "On ne dit pas c'est pas bon on dit "j'aime pas" ", et puis il part dans un monologue sans fin, dans lequel il t'explique qu'il a passé des heures et des heures à cuisiner ce plat avec amour (cf Mon Homme ce relou, point n°5), et bla bla bla, il y a des enfants qui n'ont rien à manger, tout ça, et que si tu veux pas manger ça, ben t'auras rien d'autre parce que de toute façon il n'y a rien d'autre et puis t'iras au lit sans manger de dessert.
T'inquiète, d'après mon expérience il n'y a qu'une probabilité de 16,3% pour qu'il aille jusqu'au bout de sa menace. T'es large.

En fait il y a un reste de pâtes dans le frigo, tu n'as qu'a pleurer un peu, mais le plus convaincant reste de faire semblant de presque vomir, tu auras un nouveau plat illico presto et Papa aura même un peu pitié de toi. WIN!

Yeah !


Conclusion : Maman cuisine mieux que Papa. Mais attention, il se peut que parfois la roue tourne et que le plat de Maman soit dégueu, dans ce cas c'est pareil, monologue...enfants qui n'ont rien à manger...menaces (probabilité de l'aller simple dans ta chambre 25,4% avec Maman, attention!)...vomi...pâtes.
Non, ne me remercie pas.

Variante : Dans l'hypothèse où ils cuisineraient en binôme, aïe, sache qu'ils vont s'engueuler entre eux pendant la préparation, ils seront alors légèrement tendus lors de la dégustation, et ne laisseront donc plus rien passer. La probabilité que tu ailles au lit sans dessert grimpe alors à 88,6%, t'es foutu mon con.


Scénario n°3 : Tu es en âge de te tenir debout, et tu aimes grimper sur le canapé du salon, te rouler dedans, sauter dessus, foutre le bordel dans les coussins, tout foutre par terre, sauter, crier, mordre, baver...etc. C'est fun hein? Ouais je sais...

- C'est Maman qui rentre dans le salon :
...
Elle marque un temps d'arrêt, prend une grande inspiration et...
"MAIS *BIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIP* !!!" (Censuré pour cause de cris tous rouges)
Là elle part dans un monologue sans fin, dans lequel elle t'explique qu'elle en a plus qu'assez de remettre les coussins sur le canapé trente-douze fois par jour, que bla bla bla, il y a des enfants qui n'ont pas de canapé, tout ça, et que si tu continue à faire que de l’embêter et à squatter le salon, elle mettra tous les jouets de ta chambre à la poubelle.
T'inquiète, selon mes observations, elle ne mettra jamais son vil plan à exécution. Bien qu'elle pourra aller jusqu'à la menace imminente, aspirateur à la main, de gober tous tes Lego... Ça fait peur je le conçois, mais résiste, elle bluffe.

Donc pendant qu'elle parle elle remettra tout bien le canapé comme il faut, et toi tu te contenteras sagement d'acquiescer lors des moments clé (du genre "t'as compris hein ?", ou bien "non mais t'as vu ça...sans blague...", ou encore "c'est la dernière fois !").
In ze pocket.

- C'est Papa qui rentre dans le salon :
...
"Mmh? Il y a un truc qui a changé ici..."
Il prend un bouquin, remet vaguement un coussin sur le canapé, et s'assoie.
C'est tout.

Conclusion : Quand c'est Papa qui te prend en flag', à la fin c'est lui qui se fait engueuler, un point pour Papa donc.




Ah ah! Mine de rien le combat est serré finalement... Mais que nous réservera le deuxième round? Qui va remporter cette lutte acharnée ? Quel suspense !
À suivre...dans deux ans...(j'ai commencé cet article il y a deux ans ;) ).

Et n'oublie pas cher collègue, la première règle de l'Enfulte Club est :
Il est interdit de parler de l'Enfulte Club.
High five !

9 commentaires:

  1. Bon je me suis pas reconnue tout le temps d'autant que chez moi c'est papa qui bondit hors du lit quand y'en a un qui chouine (mais ça n'arrive presque plus depuis qu'ils sont... grands ! Yeahhh) par contre le coup de la menace du sac poubelle... j'avoue c'est moi. Probabilité que je mette à exécution : 0,0001 %.......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue j'ai fait des généralités basées sur mon expérience personnelle, avec quelques (grosses) pincées de mauvaise foi. Parce qu'en fait quand ça chouinait la nuit il y a eu une très grosse période où c'était papa qui s'y filait, parce que quand c'était moi ça ne fonctionnait pas... Mais comme j'aime avoir le beau rôle, voilà! ;)

      Et pour le sac poubelle, allez j'avoue tout, je l'ai déjà fait, mais j'ai simplement stocké les sacs dans une autre pièce... #cruauté

      Supprimer
  2. Haha! J'ai adoré la description des nuits! C'est tout à fait ça! Tu as oublié que le matin, papa est beaucoup plus fatigué que maman, vu que LUI, il s'est levé et pas toi, grosse morue égoïste que tu es, et il va te le faire payer toute la journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha! Ouais c'est pas faux... En plus il tient des comptes d'apothicaire, combien fois il s'est levé, combien de temps, des statistiques sur le volume des pleurs, etc... fin bref le relou quoi. #jaimemonmec

      Supprimer
  3. Hum 2 fois que j'essaie d'écrire ce f**** commentaire... je suis maudite ou vraiment pas douée(question réthorique, ne pas répondre ��)
    Bref, je viens de decouvrir ce blog, j'adore et il me faut la suite de ce billet (même si je cuisine comme une patate je me reconnais dans les deux autres cas!) Merci pour ces billets en tous cas!

    RépondreSupprimer
  4. Ca fait des plombes que j'attends le second round de l'Enfulte Club, PUTAAAAIN !

    ( mais love quand même ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mais je vois juste maintenant tes commentaires du mois d’Août ><
      Donc euh, je vais pas te mentir le second round n'est pas en cours d'écriture.
      Voilà.
      Mais j'y travaille...(un peu)
      (Love aussi :p)

      Supprimer
  5. ( sinon j'ai envoyé le lien de ce premier round à Musclor. Je le trouve très éducatif. )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien ouèj!
      Dis lui de venir poser son petit commentaire réprobateur, ça manque d'hommes par ici ! ^^

      Supprimer