octobre 01, 2014

Comment faire un Paris-Brest et rester zen (enfultes inside...)

Alors avant tout, j'encrotte tous ceux (et celles) qui mettent des recettes sur internet et qui titrent comme ceci :
"Mousse au chocolat facile"
"Mousse au chocolat super facile et rapide"
"Mousse au chocolat ultra simple, express"
"Mousse au chocolat super trop trop easy, et super plus rapide que toutes les autres, d'ailleurs les autres c'est de la merde, choisis moi! MOI!"

Bon déjà, la pâtisserie c'est PAS express, si ça l'est c'est que t'as fait ça :
Et dans ce cas, je te méprise...

Ensuite, quand je fais la recette dite "facile" et que j'en chie comme un chien à trois pattes dans une piscine, pour un résultat carrément dégueulasse...ça me met vraiment, mais vraiment en colère. La pâtisserie j'adore ça, mais ça me rends légèrement psychopathe.

Sinon, ma môman m'a offert lui :
La bible de la pâtisserie parait-il, par Christophe Felder, ancien chef pâtissier du Crillon (rien que ça)
Un livre avec plein de recettes, très détaillées, avec des photos étape par étape.
Donc je décide de m'attaquer à la recette du Paris-Brest, dessert préféré de l'Homme. La recette est niveau 1 étoile (sur 3), alors allons-y!

11h Ninulf est au lit (oui il se réveille entre 8h30 et 9h30 pour le bib, puis je le recouche et il se réveille aux alentours de 12h, et il fait 1 ou 2 micro-siestes sur le reste de la journée), je commence donc la recette sous la supervision de Pindoulf qui semble très intéressé.

La recette fait deux pages (et c'est pas un livre de poche), et en plus je dois faire de la crème pâtissière page 274 (1 demi-page) et aussi la crème au beurre légère de la page 276 (1 page et demi), et puis il me faut aussi du praliné, que j'ai pas trouvé dans le commerce et que j'ai donc décidé de faire moi-même (j'aime me faire du mal).

C'est 11h30 je suis toujours en train de tourner toutes les pages comme une tarée, en sortant les ingrédients au fur à mesure. Je commence par la crème pâtissière, car il faut qu'elle soit froide.
Je pèse le sucre,
- Veux goûter!
- Bah goûte
- mmmh c'est bon
Je pèse le beurre,
-Veux goûter!
- Non ça c'est du beurre ça se mange pas comme ça
- Si ça se mange comme ça!
- Pchitt non! Enlève ton doigt!
Je pèse la maïzena,
-Veux goûter!
- Non! *Pof* Nuage de poussière maïzeneux, la table de la cuisine était noire, elle ne l'est plus...
- Mais Pu...hum...Bord...euh...MER-DEUH!
On fait attention à ce qu'on dit devant l'enfulte mais parfois on trouve vraiment rien d'autre à dire que des gros mots...
Je re-pèse la Maïzena, en lançant un regard menaçant à Pindoulf...

C'est midi, j'ai tout pesé pour la crème pâtissière, je commence à la faire. Tout en nourrissant l'estomac sur pattes à coups de coquillettes, de knacki, et de pom'pote. Au moins pendant ce temps là je suis peinard... Je m'épargne quelques détails de la recette genre :
"Incorporez un tiers du lait bouillant au mélange jaunes d'oeufs, sucre et Maïzena, puis le reste de lait" : perte de temps, je met tout d'un coup, puis ça change rien en fait.
Ou encore "Renversez le tout dans la casserole en filtrant la préparation" : ouais t'as raison, j'ai que ça à faire en plus... Et puis encore une fois ça change rien, à part donner l'impression de bosser dans un laboratoire plutôt qu'une cuisine.

Je lave un peu de vaisselle pour pas que ma cuisine ressemble à ça:

Ninulf se réveille...Bon en même temps il peut pas rester au lit toute la journée, ça serait pas très sain, il fera ça quand il sera un petit con d'adolescent...

Ma crème pâtissière est au frigo, Ninulf prends son bib' de 12h20, et je me dit que je dois être à environ 3% de la recette...

Je fais le praliné, recette trouvée sur le net, des amandes "Veut goûter!", des noisettes "Veut goûter!", l'équivalent en sucre "Veut goûter!" et un peu d'eau "Veut goûter!" -"Mais tu vas te calmer oui!!", tout ça dans la poêle. Je fais un peu trop cuire mon caramel, on verra bien, je laisse ça refroidir avant de le mixer. En attendant je commence la crème au beurre...
J'ai omis de préciser que depuis le début, Pindoulf prends un malin plaisir à me perdre la page à chaque fois que je m'éloigne du livre...

Je regarde la recette :
Réalisez la meringue italienne.

(...)

Mais dans quoi je me suis foutue? Bon, c'est expliqué en suivant, mais ça à l'air chiant le machin! Faut faire un sirop en portant le sucre à ébullition avec l'eau, à 118° (ouais m'dame! Pas plus, pas moins!)...Putain mais dans quoi je me suis foutue??
Je vais lui mettre de la crème pâtissière dans un bol avec une noisette dessus ça va pas faire un pli! Je lui dirais "C'est un Paris-Brest revisité", ils le font dans Top Chef...On l’appellera le Limoges-Vesoul.
Je fais un coup de vaisselle, ça va me détendre tiens...

Mais bon, je lâche rien, je vais mettre Pindoulf à la sieste, il est 13h15 je suis à 6% de la recette...
Je fais cette p.... de meringue de rital à la c.., ça ressemble pas à celle de la photo, m'en fous.
Je continue : 
Pour confectionner la crème au beurre, fouettez vivement les jaunes d’œufs à l'aide d'un batteur électrique. Dans une casserole, faites cuire le sucre semoule et l'eau à 118°.
Encore?! Mais pourquoi? Pourquoooaaaaa?
Je fais la crème au beurre, tout en remettant la sucette à Ninulf qui chouine dès que je sors de son champ de vision... Ça ressemble pas à la photo, je mélange donc les 2 trucs qui ressemblent pas à la photo et qui sont censés faire une "Crème au beurre légère"...et ça ressemble toujours pas à la photo...
Hop, au frigo je veux plus te voir!
...Vaisselle...

J'ai toujours pas mixé mon praliné au fait. Bon là il faut un robot qui tienne la route parce que les amandes/noisettes enduites de caramel bien raide ça peut faire tout péter. Heureusement belle-môman m'avait donné un vieux Thermomix poussiéreux, celui-là :
Avec prise rembobinable à la main steuplait!

Ça, ça mixe tout...Oui sauf qu'au bout d'un moment ma préparation était réduite en poudre et restait donc SOUS les lames de l'engin...Donc il servait plus à rien le thermomix, je change de tactique et passe au mixer à main, ça m'a fait une pâte plutôt compacte, inutile de dire donc, que ça ne ressemblait pas du tout à la photo. Et plus je mixais, plus c'était compact. Ça avait un gout un peu fort en plus à cause du caramel un peu trop cuit...
J'hésite à recommencer le praliné...et puis non.

Je reviens donc à la page du Paris-Brest, parce que oui, c'est bien ça que je suis en train de faire...
Préparez tout d'abord la pâte à choux...
Même pas peur, ça a pas l'air compliqué. Je mets Ninulf au salon, dans son tapis de la jungle, parce qu'il me sollicite un poil trop (gniii).

Il est 14h30, ma pâte à choux, bizarrement, n'est pas comme sur la photo, elle est trop liquide. Je commence quand même à dessiner des petits cercles avec sur la plaque de cuisson...non, c'est pas jouable. Je balance, et je recommence... Ninulf me gonfle, fais que chouiner, j’arrête pas de faire des allers-retours cuisine/salon avec mon fouet et ma casserole. Je le reprends à la cuisine avec moi.

15h, ma pâte à choux est comme celle de la photo! Victoire! Je fais mes cercles, saupoudre d'amandes effilées, et enfourne.
C'est moi qui l'ai fait!

Ninulf s'est endormi. Vaisselle, vaisselle, vaisselle.
Préparez la crème pâtissière (voir p.274)
Mouarf! 

Préparez la crème au beurre (voir p.276)
Lalalaaaaaa... ou l'extrême satisfaction de faire les trucs dans le désordre pour faire style qu'on est vachement bien organisée, tsss mais je l'ai déjà fait ça mon mignon...

Réalisez la crème mousseline.
Je mélange alors tous les trucs qui ressemblent à rien pour créer (oui créer, j'ai pas peur des mots) ce qui sera l'essence même (toujours pas...) du Limoges-Vesoul Paris-Brest : la crème mousseline. Et là...magie! Tous ces trucs que je pensais ratés se mêlent parfaitement, ont la texture souhaitée et en plus ça a bon gout!

Conseil : Vous pouvez faire la crème mousseline sans crème pâtissière pour gagner du temps. Le gâteau sera un peu moins léger.
Raaah mais pourquoi je lis pas les recettes en entier!!

Les choux sont cuits (et pas cramés), je les coupe en deux pour y mettre la crème, un peu de sucre glace et tadaaaa :
Le mien
Celui de Christophe Felder

Alors elle est pas belle la salade?! Et en plus "chétait bon, miom":

Autorisation de se mettre dégueulasse accordée

L'Homme était également ravi...puis un peu moins quand il a dû prendre sa douche du soir froide parce que j'avais pompé toute l'eau chaude avec mes quinze mille sessions de vaisselle...

C'est donc "possible" de faire un Paris-Brest avec deux enfultes dans les pattes, rester zen par contre c'est autre chose. La recette n'est pas compliquée en soi, mais trop longue, avec des étapes sur lesquelles il faut être précise, attentive, et surtout organisée (je passe mon tour!).
Et puis moult vaisselle à faire, et ça c'est relou. "Ouais! Et pas cool pour la planète" me dit Écolo Woman, mais elle aussi, est un peu relou...

J'aurais pas dû commencer ce bouquin par cette recette, niveau 1 sur 3 je le rappelle, ça me fout un peu la trouille pour les autres recettes. Mais bon, le résultat était quand même là...
La semaine prochaine on mange quoi?

Note : Pour la recette, on peut la trouver sur le blog "Je dis M", du manger et des belles photos, un blog qui donne faim...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire