décembre 30, 2014

La magie de Noël

Ça y est c'est fait, Noël est passé.
J'aimerais qu'elle y soit encore, la magie de Noël, mais je l'ai perdue, il y a longtemps. Je la vois maintenant dans le regard de mes p'tits gars, du grand surtout (le petit est trop petit, il a juste essayé de manger le papier cadeau, ça avait l'air gouteux), et c'est bien aussi, mais je ressens comme un vide.


24 décembre au soir - Chez mes parents.

On se retrouve, on se sourit, on discute...un peu, on mange...beaucoup. Puis un déluge de cadeaux vient noyer le sapin, un moment de calme avant la tempête, le Père Noël passe faire coucou aux petits derniers de la famille, remplit leurs yeux d'étonnement et d'intimidation, "Allez fais le bisou au Papa Noël, il doit vite partir".
Et il part...vite, et les cadeaux voyagent dans toute la pièce dans un cortège incessant, "Pour toi celui-là!", "Pour Mamie, elle est où Mamie?", "A tonton et tata!", et les papiers se déchirent, et les joies s'expriment en un éclair, avant l'ouverture d'un autre cadeau qui méritera peut être qu'on s'y attarde...ou pas.
Je suis là au milieu de ce brouhaha, comme plantée au milieu d'un champ de bataille, sans arme.

C'est comme ça chaque année, aussi loin que je me souvienne, alors ça doit être ça, ma magie de Noël...?
Mais quelle joie de voir mon grand ouvrir ses cadeaux et s'émerveiller, vraiment, des étoiles plein les yeux, regardant chaque détail, sautillant, frappant dans ses mains, criant "Ouaaaaah!".

Moi, dans mes yeux, ça pétille plus des masses. Et c'est pas juste parce que mes parents m'ont offert un peignoir cette année, pas à ma taille, et moche en plus. Normalement c'est les parents qui offrent les meilleurs cadeaux à Noël, mais à un moment dans la vie, tu arrives à un âge auquel les cadeaux qu'ils t'offrent sont passablement tout pourris. Cela coïncide généralement avec leur départ à la retraite...
Mais je leur en veux pas (et puis j'ai toujours l'Homme pour m'offrir des trucs sympas, héhé).
De toute façon, moi les cadeaux je m'en fous, puis c'est marrant d'avoir des cadeaux moisis, ça fait des trucs marrants à raconter.
Non, c'est quelque chose dans l'ambiance générale, il y a moins d'enfants aussi, ils ont grandi, on a grandi...
Ces grands repas de famille, depuis quelques années, c'est juste la boulimie de cadeaux, pas trop d'échanges, l'impression au final de se voir qu'à Noël. Presque une contrainte pour tout le monde.
On échange des sourires polis, quelques taquineries, on s'aime bien, pas plus.
Chez moi ça à toujours été ça Noël, c'est pas que j'aime pas, et c'est pas que j'aime non plus. Mais pour ma maman, Noël c'est comme ça, c'est son truc, c'est à sa table qu'on se réunit, tous, ou presque... Les années passent et les membres de la famille aussi, certains se lassent, d'autres se font la tête, et d'autres profitent de cette période pour partir, loin, et avoir une bonne excuse de ne pas être là.
Mais moi je suis toujours là, incapable d'enlever ça à ma mère, c'est SA magie de Noël, alors c'est la mienne aussi.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire